2/ Rester dans la France c’est la sécurité de la « solidarité nationale » ?

Le mythe de la « solidarité nationale » nous est rappelé à chaque visite d’un représentant de la France dans notre pays. La presse française quant à elle ne peut s’empêcher à intervalles réguliers de fustiger les privilèges et « cadeaux faits à la Corse ». Les sommes affectées par la France à la Corse n’ont rien d’une offrande. Au regard de ce qu’elle prélève et du contexte économique, la nature des dépenses comme leur répartition sont très éloignées des intérêts du peuple corse. 

Il y a 20 ans déjà les indépendantistes démontraient que 55% des dépenses de l’Etat français en Corse étaient affectées à l’armée, à la police et à la gendarmerie ! Chaque Corse peut constater le nombre astronomique de policiers et de gendarmes au km2 pour les résultats que l’on sait ! 

Afficher davantage

1/ La Corse ne pourrait pas vivre sans les subventions de la France ?

image

Une analyse sérieuse des chiffres démontre le contraire. En 2010, la France a dépensé en Corse 3.6 milliards d’euros (source Préfecture). Mais combien la France prélève-t-elle en Corse ? 

Selon l’économiste Guillaume Guidoni, la balance annuelle montre un déficit de 650 millions d’euros entre les recettes et les dépenses. Par conséquent, si l’Etat corse indépendant se substituait en l’état à l’administration française, il serait déficitaire. 

MAIS : 

Afficher davantage

I Quaterni di l’Indipendenza : Iniziativa storica è successu tremendu !

Funu prisentati à e Ghjurnate Internaziunale i primi Quaterni di l’Indipendenza, prugettu di Corsica Libera in cullaburazione incù u Ribombu, chì hà cum’è scopu di priparà l’emancipazione naziunale di a Corsica chì s’avvicina incù publicazione periodiche in giru à temi precisi. 

U primu Quaternu s’hè cuncentratu à sprufundà l’idee fatte è leste chì si ponu sente o leghje à prupositu di l’indipendenza : hè per quessa chì u so titulu hè 10 idee false annantu à l’indipendenza. L’idea era di mustrà incù sciffri è statistiche precise chì, innò, senza a Francia, ùn manghjerebbemu micca solu castagne, è tant’altre tuntie chì l’anti naziunalisti senza argumenti si campanu à lampà.

Hè un passu novu ch’ellu francu u muvimentu cù sti quaterni : fà esce una publicazione periodica di fondu annantu à u so scopu finale, l’indipendenza. Hè à tempu una manera di cunvince a ghjente chì dubbiteghja è di mustrà ch’ellu ci hè una vera ideulugia, arradicata è riflettuta, ind’è u muvimentu indipendentistu. Una bella prova di u travagliu chì hè fattu incù tutte e forze vive di u muvimentu, postu chì sti Quaterni sò stati messi in ballu da una squadra giovana, in giru à Petr’Antone Tomasi.

Issi militanti prisentonu i Quaterni à e Ghjurnate, è si pò dì chì u publicu fù sutisfattu assai da u risultatu. Tutt’ognunu s’hè accurdatu à dì chì u travagliu era di qualità è chì st’arnese novu averà un pesu impurtante in u cumbattu ideologicu ch’ellu porta Corsica Libera. 

Certe persone chì ùn sò manc’appena indipendentiste si sò viste ascultà u dibattitu sott’à u tindone, cum’è Ghjuvan’Martinu Mondoloni o Manuella De Gentile. Affare ancu di più stunante : l’agiunta sucialista di a merria di Bastia hè vinuta à felicità i scrittori per u so travagliu è s’hè ancu fatta piglià in ritrattu incù u quaternu, imagine chì hà giratu annant’à tutte e rete suciale. Altra nuvità di stu prugettu : tutt’ognunu pò participà à a scrittura di i Quaterni ! Hè stata precisata parechje volte : quellu chì vole dà un’idea, purtà a so petra, a pò fà à traversu e rete suciale (Twitter, Facebook), scrivendu un mail à iquaterni@corsicalibera.com o per a posta, cuntattendu u Ribombu.

In fin’di contu, si pò dì chì a prima tappa di u travagliu di i Quaterni hè stata francata incù successu. Avà, s’aspitterà u mese d’ottobre per a prossima publicazione, 10 ragione per l’indipendenza. A squadra di i Quaterni si move per priparà u sicondu passu di stu caminu versu l’indipendenza ! 

 Massimu Poli 

Décision du FLNC : l’analyse de prisonniers politiques

C’est à travers la voix de l’associu Sulidarità, dont nous voulons saluer le soutien infaillible qu’il apporte aux prisonniers politiques corses et à leurs familles depuis de nombreuses années, que nous livrons notre position vis-à-vis de la situation nouvelle engendrée par la décision unilatérale du FLNC d’initier un processus de résolution du conflit entre la Corse et la France. Incarcérés pour des faits qui s’inscrivent dans le combat historique du peuple corse pour son émancipation nationale, nous prenons acte de la récente décision du Front.

Afficher davantage

Catalunya : Légitimité, constitutionnalité, droit à décider : le devoir de désobéissance

« En aucun cas nous n’accepterons de soumettre notre volonté de voter, notre soif de justice et notre faim de liberté, à l’arbitrage d’un groupe de magistrats désignés par le PSOE et le PP ». C’est en ces termes qu’Oriol Junqueras, le leader d’Esquerra Republicana de Catalunya (ERC), rejetait récemment dans les colonnes d’El Pais toute hypothèse de « plan B » en cas de censure par le Tribunal Constitutionnel espagnol de la loi catalane qui doit convoquer le référendum d’autodétermination pour le 9 novembre prochain. 

Afficher davantage

Les 39 ans d’Aleria

Aleria 1975-2014. 39 ans. 39 ans et non 40. Quelle importance, après tout ? Tout est question de conventions, y compris le système décimal. Et puis, il n’est jamais trop tôt pour bien faire… Il est cependant, parfois, un peu tard pour bien dire. Nous y reviendrons. Il y a quelques jours, nous étions donc à Aleria pour nous souvenir d’un événement important de notre histoire contemporaine. En août 1975, le commando d’Aleria inaugura symboliquement la révolte des Corses, lesquels revendiquaient simplement le droit à une existence collective, comme peuple.

Afficher davantage