Rentrée politique de CORSICA LIBERA

La décision historique prise par le FLNC le 25 juin 2014 donne à notre mouvement la pleine responsabilité de porter la démarche stratégique du courant de la lutte de libération nationale. Cette nouvelle situation politique  nous conduit à redéployer l’action publique afin de renforcer la démarche indépendantiste, seule garante des intérêts nationaux du peuple corse.

Afficher davantage

Cavallu : guardare ma non toccare !

Le 21 juillet dernier, le quotidien Corse-Matin nous offrait un reportage de haute volée sur l’île de Cavallu. Bravant tous les dangers, le dénommé Maxime Blanchard a donc débarqué sur l’ « île des milliardaires » muni d’un simple carnet de note et de son appareil photo. Ses conclusions ? Ben, finalement c’est sympa Cavallo ! Viendez les amis, viendez à Cavallo ! Cavallu île interdite aux Corses ? Pas du tout !

Toutefois, « le vacancier discipliné devra se contenter de circuler sur le port où il pourra, au choix, soit boire un verre sur l’unique terrasse de l’île soit se rendre dans le seul hôtel de Cavallo ». Réjouissez-vous les Corsicos ! Cavallu île inhospitalière ? N’ayez crainte ! Si vous décidez de quitter le domaine public maritime, et donc de pénétrer sur des terres privatisées, vous ne risqueriez pas de rencontrer de gardes armées prompts à vous faire payer votre outrecuidance armes automatiques en mains.

Ecoutez Blanchard : « Un quart d’heure plus tard et près d’un kilomètre plus loin, aucune trace d’une quelconque milice ». Ca alors ! Ils sont vachement sympas les milliardaires de vous laisser la vie sauve si vous osez fouler VOTRE terre ! Vous aurez peut-être même la chance de croiser l’héritier de Jack Daniels en calzunettu et en Birks ! On rit beaucoup moins lorsque notre reporter de l’extrême nous rappelle à la triste réalité de la dépossession foncière et qualifie les occupants de Cavallu d’ « autochtones » ! (« Toujours aucune animosité de la part des autochtones, quelques regards perplexes tout au plus, ceux de résidents croisant un inconnu dans les parties communes de leur copropriété »). 

L’exclusion systématique des Corses de la propriété d’une partie de leur territoire national ? La création d’un ghetto pour milliardaires où la mafia n’a jamais rodé bien loin ? Le massacre écologique dans une zone remarquable ? De toute cela, pas un mot, mais puisqu’on vous dit que, moyennant une somme de 30 € reversée à l’association des propriétaires, vous pouvez faire trempette en toute quiétude ? De quoi vous plaignez-vous ?…. 

La CGT : « Une compagnie régionale de transports, c’est discriminatoire ! »

C’est la déclaration de l’un des porte-paroles de la CGT-transports. En guise de réponse nous soumettons à la sagacité de nos lecteurs ces quelques éléments de langage et des données chiffrées de la répartition géographique des embauches. 

Discriminatoire (adj.) : qui tend à opérer une discrimination entre des personnes, des groupes humains. 

Discrimination (n.f) : fait de distinguer et de traiter différemment (le plus souvent plus mal) quelqu’un ou un groupe par rapport au reste de la collectivité ou par rapport à une autre personne. 

Embauches en CDD pour la période Avril-Mai 2014 : 130 

  • Corse : 18 emplois 
  • France : 112 emplois  

Le tout au frais de la princesse « continuité territoriale ». Ah, la fameuse « solidarité nationale » ! 

Jean-Charles ORSUCCI : “La main tendue est venue des clandestins”

Jean-Charles Orsucci est le Président du groupe majoritaire à l’Assemblée de Corse. Responsable du Parti Socialiste Français en Corse, il est un homme clé de la famille politique dirigée par Paul Giacobbi. Avant même le dernier communiqué du FLNC, il avait publiquement déclaré que Corsica Libera devait être associée à la construction politique à venir. Il y a peu à l’Assemblée de Corse, il a tenu devant la ministre Marylise Lebranchu des propos d’une grande fermeté, rendant hommage aux clandestins pour leur initiative et demandant à Paris d’en tirer les conséquences.  

Afficher davantage